Mon petit Amour

Depuis 3 mois, mes journées sont rythmées par toi, tes réveils souriants, tes repas câlins, tes bains à la grimace… Mon bébé qui n’aime pas l’eau.
Alors forcément reprendre le travail et te laisser, c’est une véritable déchirure… Me passer de toi une journée est compliqué alors 10 jours, 240 heures… Comme ça va être long.
Et oui les filles, on appréhende toutes la reprise du travail, car même si nous aimons notre boulot (ou pas) laisser nos petits cœurs quelques heures est un véritable déchirement…
Sauf que quand faut y aller faut y aller… On ne peut pas vivre d’amour, d’eau fraîche (de source) et de régurgitations, il faut des sous pour acheter les couches !

Me voilà donc partie 10 jours sans bébénou et 3 jours avant le départ, j’étais déjà en larmes…
Pourtant, je sais que son papa et la nounou vont assurer. En plus je l’ai sevré exprès avant du coup je ne lui manquerai pas mais c’est moi le problème…
Moi, il va me manquer, je ne suis pas sevrée de lui, on n’est jamais sevré de la maternité, on aime chaque jours un peu plus.
Je ne comprenais pas les mamans qui tardaient à reprendre le boulot, celles qui pleuraient en laissant leurs enfants à la crèche… Je me disais même, c’est ridicule elles vont le récupérer le soir même…

Avant d’être maman ce lien charnel, on ne peut pas le comprendre …
Mais là, je vous avoue, je comprends bien !! 10 jours 9 nuits sans mon fils dans un autre pays avec un décalage horaire énorme et peu de chance de trouver de la wifi partout (c’est un tournage dans la pampa vous vous doutez bien que pour l’instant, c’est un secret), je sens que les larmes vont couler.
C’est fou quand même jamais je n’aurais pensé être ainsi, moi, la solitaire qui partait des mois faire de la boxe thaï seule dans des camps en Thaïlande, je pleure comme une madeleine pour 10 petits jours…
En plus, mon mec a eu la bonne idée d’acheter un bébé chien en même temps (un 3ème) car il veut que son fils grandisse avec un toutou…
Du coup, je n’aurais pas vu non plus notre nouveau bébé à 4 pattes… Et loin de ma petite famille, je me sens un peu perdue.
Je pense que l’amour des siens est la seule addiction que l’on peut avoir et l’amour est la seule chose indispensable à la vie.
On peut manquer d’argent et être heureux, on peut même ne pas avoir la santé et être heureux, mais on ne peut pas manquer d’amour.
C’est ce que les voyages apprennent, c’est flagrant quand on voit ces familles qui n’ont rien, mais qui s’aiment qui sourient à la vie. Aimer et être aimé est la plus grande des richesses.
Alors on laisse aujourd’hui les critiques et on s’aime, on se soutient et surtout chaque jour que Dieu nous donne, on se doit de dire aux nôtres qu’on les aime.

Je vous aime les filles

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *